mardi 19 février 2019

ZEENA PARKINS - Double dupe down

Zeena Parkins est une compositrice récurrente du label Tzadik ou on la retrouve sur à peu prés toute les sections du label. Elle a souvent travaillé sur des pièces de danse à la commande, mais ce n'est pas la seule corde à sa harpe puisqu'on la retrouve aussi à la composition de certains films obscurs et indépendants, dont le label new yorkais a compilé la plupart des titres afin de sortir ce qui demeure à ce jour la dernière sortie de la section "film music". Evidemment, comme toute compilation digne de ce nom, les atmosphères et tonalités changent drastiquement selon les pièces instrumentales puisque au oins six films se bousculent, tournés entre 2004 et 2011. Trame Noisy, délire lounge/electro, dramaturge à corde classique, romantisme à la harpe, ou musique expérimentale pure et dure se bouscule sans ménagement, pour un volume ou l'on ne s'ennuie pas. "Double dupe down" voit de nouveaux l'apparition d'un parterre prestigieux de la downtown scene, tous familier du giron de tzadik : Okkyung lee, Ikue Mori, William Winant, Jim Pugliese, Shelley Hirsch, Matthew Welsh, Sara Parkins, etc...Baisse de rideau pour la film music pour le moment, que Zeena Parkins clôture avec classe, élégance et inspiration...

mardi 8 janvier 2019

MARILYN CRISPELL / MARK DRESSER / GERRY HEMINGWAY - Play Braxton

Les trois musiciens mis à l'honneur de ce disque de la Key serie étaient membre du quintet d'Anthony Braxton à la fin des années 80 et ceux pour pas mal d'années. Ils ont depuis rouler leurs bosses par eux même, voir les CV correspondant, mais Hemingway a sortis un disque sur la composer serie de Tzadik, la ou Mark Dresser en a sortis deux.
C'est pour les 65 ans d'Anthony Braxton le 18 juin 2010 que le batteur, la pianiste, et le bassiste se sont réunis à nouveau ensemble pour un concert de la downtown scene (mais qui n'a pas eu lieu au Stone). Mais John Zorn leur avait préalablement proposé de se prendre une journée de studio pour enregistrer ce disque pour Tzadik. Très honnêtement, un disque complètement dispensable à mes yeux : on a le droit ici à du jazz décousu sans queue ni tête, ni assez sauvage pour taper dans le free-jazz, ni aucune harmonique pour taper dans le modal, hard bop ou soul-jazz. Juste de l'expérimental sonnant improvisé, certainement plus visuel que un réel plaisir auditif. Disque anecdotique donc...