lundi 3 décembre 2018

PIERRE YVES MACE - Segments et apostilles

Second disque de Pierre Yves Macé sur Tzadik, parus 11 ans après le premier, le label est assez fidèle avec ses pensionnaires et cette sortie le prouve une nouvelle fois. Artwork mystérieux pour une œuvre qui n'en demeure pas moins profonde et aussi un peu mystérieuse pour le coup. Trois pièces se partagent les 43 minutes de cette cuvée : En premier lieu le titre éponyme "segments et apostilles", divisé en deux parties pour une durée totale de 25 minutes. Du contemporain électro-acoustique avec un quartet composé de violon, harpe, flûte entre autres. Bien pensé, surprenante, riche en sonorités expérimentales, cette longue pièce s'inscrit parfaitement dans la tradition de la composer serie. En second lieu, "Qui vive" une pièce 100 % électronique de 11 minutes. Je n'accroche pas l'électronique "basique" dansant (à de rares exceptions prés), et c'est même pire avec l'électronique expérimental qui est parfois présent sur Tzadik, je ne comprends tout simplement pas l'intérêt et c'est vraiment horripilant à écouter. Heureusement, il reste une troisième pièce forte agréable de cinq minutes "glissement de terrain", douce, mystérieuse, envoûtante, les qualificatifs ne manquent pas. Ce genre de musique qui pourrait tout à fait illustrer une scène intrigante d'un film noir à suspense. Cinq musiciens (harpe, piano pour Macé, Double basse, vibraphone et violon) pour un résultat tout à fait convaincant. Plus disparate que son premier disque sur Tzadik (que j'ai préféré), ce second chapitre de Pierre Yves Macé n'en reste pas moins intéressant, soutenons nos compatriotes qui ont la classe d'être dans le giron de Tzadik...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire